L’Orchestre des Champs Elysées s’est produit ce mardi à l’Auditorium de Poitiers, avec un répertoire de haute volée. Mécène du TAP, la CEAPC a partagé ce concert d’exception avec ses administrateurs.

Cet orchestre de renommée internationale se consacre à l’interprétation, sur instruments d’époque, d’un large répertoire allant de Haydn à Debussy. Pour ce concert au Théâtre Auditorium de Poitiers (TAP), Beethoven, Schubert et Mozart étaient au programme.

A propos de l’Orchestre des Champs Elysées
Sa création en 1991 est due à l’initiative commune d’Alain Durel, directeur du Théâtre des Champs-Élysées et de Philippe Herreweghe.
L’Orchestre des Champs-Élysées a été plusieurs années en résidence au Théâtre des Champs-Élysées, au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles et s’est produit dans la plupart des grandes salles de concert : Musikverein de Vienne, Concertgebouw d’Amsterdam, Barbican Centre de Londres, Philharmonies de Munich, de Berlin et de Cologne, Alte Oper de Francfort, Gewandhaus de Leipzig, Lincoln Center de New York, Parco della Musica à Rome, auditoriums de Lucerne et de Dijon … etc. Il s’est également produit au Japon, en Corée, en Chine et en Australie.
Il est placé sous la direction de Philippe Herreweghe.

Une invitée de marque
Maude Gratton, spécialiste du pianoforte reconnue dans le monde entier, était l’invitée de l’Orchestre des Champs Elysées pour cette représentation. Les spectateurs du TAP avaient découvert ce jeune talent en 2010 dans un récital consacré à Bach : elle a dialogué mardi soir avec l’orchestre, dans cette discipline reine qu’est le concerto.

 


Maude Gratton, pianoforte

Elève de Dominique Ferran, Pierre Hantaï et Louis Robilliard, Maude Gratton obtient au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris les premiers prix en clavecin, basse continue, orgue et contrepoint renaissance. Elle remporte en 2003 le 2ème prix au Concours International d’Orgue de Bruges, est promue « Jeune Soliste 2006 des Radios Francophones Publiques ». Depuis 2012, elle est la directrice artistique du festival « Musiques en Gâtine ». Elle fait également partie du « Vannes Early Music Institute » dirigé par Bruno Cocset.
Son premier enregistrement consacré aux œuvres de Bach a été récompensé par un Diapason d’or de l’année 2009, et distingué par le Gramophone Critic’s choice.

 

La CEAPC , mécène du TAP
La programmation du Théâtre Auditorium de Poitiers (TAP) témoigne de la diversité de la création artistique d’aujourd’hui et favorise de nouveaux comportements à l’égard des projets culturels. Des dispositifs dédiés aux jeunes, notamment, accompagnent les lycéens dans l’approche des œuvres avec un objectif de découverte et d’acculturation. Au-delà de la simple sortie au spectacle, l’opportunité de rencontrer les orchestres, d’échanger avec les musiciens est offerte au public jeune.

Cette ouverture s’inscrit pleinement dans la dynamique de mécénat musical de la CEAPC, dont l’objectif est de contribuer à « mettre toutes les musiques à la portée de tous les publics ».
Cette volonté se traduisait in situ ce mardi 6 octobre, par des rangées entières de jeunes gens un peu impressionnés par le prestige de la représentation, en parfaite cohabitation avec le public habituel, plus averti et aguerri au répertoire classique.

Les administrateurs conquis
Parmi les spectateurs, 70 invités de la CEAPC, administrateurs et équipes commerciales, étaient conviés à venir écouter ce concert classique, pour découvrir et partager les valeurs qui animent l’esprit musique de la banque régionale.
Pour certains d’entre eux, c’était aussi une première car la rencontre avec la musique classique, dans un lieu dédié n’est pas encore une démarche tout à fait courante. A l’unanimité, ces représentants des trois Sociétés Locales d’Epargne (SLE) de proximité : Poitiers, Nord Poitou – Haute Charente et Deux Sèvres, ont vécu une soirée forte en émotion.

Maude Gratton, en aparte
Ce grand moment s’est poursuivi par une rencontre privilégiée avec Maude Gratton, organisée spécialement par la banque coopérative pour ces administrateurs. L’artiste, très attachée à la région puisque niortaise, a partagé le temps de cette entrevue confidentielle, sa passion pour le pianoforte en expliquant, en autres, cet instrument peu connu.

Le saviez-vous ?
La conception du premier pianoforte est due au facteur de clavecins, Bartolomeo Cristofori (1655-1731), travaillant à Florence.
Celui-ci cherchait à doter le clavecin de possibilités expressives plus nuancées, en permettant à l’instrumentiste de varier l’intensité des sons selon la force exercée sur les touches. Le clavicorde le permettait déjà, mais émettait un son trop faible par rapport au clavecin.

En savoir + sur la vie coopérative de la CEAPC

En savoir + sur l’Esprit Musique de la CEAPC

Les actualités Partenariats

Etre informé de l\'actualité du RSE CEAPC

Name *

Email *

Interested groups
Economie et Innovation
Experience client
RH et Marque employeur
Partenariats
Engagement societal
Vie cooperative

Nous sommes désolé, il semblerait que le navigateur que vous utilisez ne soit pas compatible avec notre site.
Nous vous invitons à le mettre à jour pour pouvoir profiter de notre site.